Accueil

 

Nous rejoindre sur Facebook. Cliquez içi.

 

 

 

 

 

 

Romain Belleau notre conférencier

 

 

 

 

La traversée de l’Atlantique

aux XVIIe et XVIIIe siècles

vers la Nouvelle-France québécoise

 

Le 9 novembre 2021, le franco-québécois Romain Belleau, à l’invitation de l’Association Langres-Montréal-Centre culturel Jeanne-Mance, et en présence d’une assistance nombreuse dans une salle de la Mairie de Langres, a prononcé une conférence sur le thème de la Traversée de l’Atlantique aux XVIIe et XVIIIe siècles vers la Nouvelle-France québécoise.

 

Après avoir montré l’intérêt assez répandu pour ce sujet, et en particulier pour les descendants ou parents des migrants établis dans la colonie cherchant au travers des listes de passagers conservées (très rares, malheureusement), ou de la correspondance entre l’administration royale et le gouverneur et l’intendant, le lieu et le jour de départ de l’ancêtre, le bateau sur lequel il a voyagé, la durée de ce voyage…, le conférencier a abordé les sujets suivants : les bateaux, la vie à leur bord, la traversée proprement dite, sa durée, les itinéraires suivis.

 

Environ deux tiers des Français installés en Nouvelle-France entre 1608 et 1760 (fin du Régime français) étaient originaires des régions côtières ou de l’arrière-pays immédiat ; on peut donc penser qu’ils connaissaient les difficiles conditions du voyage ; il en était sans doute autrement des Champenois (environ 200, dont plus de 90 originaires des limites actuelles de la Haute-Marne) !

 

Le conférencier a utilisé pour illustrer ses propos les contrats d’affrètements des navires qui ont amené en Nouvelle-France les fondateurs de Montréal, Paul Chomedey de Maisonneuve, Jeanne Mance et les premiers colons, appelés Montréalistes.

 

Des diapositives ont montré les différentes parties des bateaux de l’époque, l’attention étant mise sur le logement des passagers, la nourriture, l’hygiène…

 

Enfin une dernière partie a concerné les itinéraires empruntés pour franchir l’océan. La Rochelle, port de départ de nombreux navires, est à peu près à la même latitude que Québec ; mais la route en ligne droite présente des difficultés à cause des vents dominants d’ouest en est ; une route par le sud, longeant les côtes jusqu’aux Canaries avant de filer vers l’ouest en profitant des alizés fut préférée à celle du nord remontant vers le Groënland avant de descendre vers les côtes de Terre-Neuve, route dangereuse à cause des glaces.

 

La durée des traversées océaniques est toujours l’objet de nombreuses interrogations : on connaît des récits de voyages ayant duré environ trois semaines et d’autres plus de trois mois, en fonction des tempêtes essuyées, ou de l’absence de vents favorables, la moyenne se situant autour de soixante jours.

 

Quelques récits de voyage ont illustré les difficultés de tous ordres rencontrées, tempêtes, dangers des navires ennemis ou pirates, conditions pénibles du logement…

 

Autant de raisons pour admirer le courage de celles et ceux qui ont affronté ces difficultés pour fonder un nouveau pays, certains, telle Jeanne Mance, co-fondatrice de Montréal, ayant fait le voyage plus d’une fois (sept fois dans son cas).

 

Romain Belleau a été vivement félicité pour l’excellence de sa synthèse et de son diaporama. Et sa conférence a montré son érudition, pour un sujet difficile et pas souvent traité.

 

Jean-Paul PIZELLE (avec des notes de Romain Belleau)

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------

Merveilleuse reconnaissance canadienne de notre Vénérable Jeanne Mance ... regardez cette vidéo extraordinaire pour en savoir plus. (Regardez la vidéo en cliquant sur le lien çi-dessous)


https://fb.watch/8FtsLR80z0/


----------------------------------------------------------------------------

Conférence

Mardi 9 novembre 18h30 mairie de Langres

 

 La traversée de l'Atlantique vers la Nouvelle-France québécoise aux 17e et 18e siècles

 

L'association Langres-Montréal-Québec présente, le mardi 9 novembre à 18h 30  à Langres, salle Jean-Jacques Rousseau de la Mairie, une conférence inédite dans le département, « La traversée de l'Atlantique vers la Nouvelle-France québécoise  aux 17e et 18e siècles. »

La consultation de documents divers (actes d'affrètement, récits de voyages, ouvrages consacrés au sujet) est l'occasion de mieux appréhender les conditions de la traversée de l'océan: navires, itinéraires, traversée proprement dite, etcetera. Rappelons que Jeanne Mance fit sept fois la traversée! Le sujet proposé fera mieux connaître ces étapes de son aventure.

La durée de la traversée en fonction de la saison, de l'itinéraire choisi, des glaces, de la banquise, du brouillard et des éventuelles avaries. Pour donner un exemple pour la traversée de Jeanne Mance et de Maisonneuve pour leur premier voyage pour fonder Montréal, Jeanne Mance partie le 9 mai 1641, en même temps que Maisonneuve, arriva le 8 août à Québec, soit un trajet de 3 mois, alors que Maisonneuve arriva le 20 septembre, c'est à dire une traversée de 4 mois et 22 jours. En 1653, pour la « Grande recrue », la traversée fut réalisée en 65 jours.

L'auteur de cette conférence, le Québécois Romain Belleau nous narrera plusieurs de ces traversées et les causes des nombreuses  difficultés. S'y ajouteront les descriptions des bateaux et la vie à bord. Cette conférence sera appuyée par un solide diaporama.







-------------------------------------------------------------------------------------------- 

380 eme anniversaire de l'arrivée de Jeanne Mance en Nouvelle-France

Le 8 août 1641


Jeanne Mance débarque à Québec .Elle était partie  le 9 mai 1641 de La Rochelle sur un des deux bateaux affrété par la Société Notre-Dame de Montréal, Apres son départ de Langres le 30 mai 1640, elle reste environ dix mois à Paris pour obtenir les soutiens spirituels, matériels et financiers pour sa vocation en Nouvelle-France, puis elle va à La Rochelle où elle vient d'apprendre qu'une expédition se prépare. Là, elle rencontre le « cerveau » de l'opération Montréal, Jérôme Le Royer de La Dauversière, puis le chef de l'expédition, le Champenois Paul de Chomedey de Maisonneuve. Celui-ci va commander le deuxième bateau.  Parti en même temps, il n'arrivera que le 20 septembre, ayant subi plusieurs avaries. Jeanne Mance était responsable des douze engagés de son bateau, comme Maisonneuve de ses vingt-cinq engagés.  La Relation des Jésuites de 1641 indique, à propos de Jeanne Mance : « Une jeune Damoiselle, qui n'avait pas pour deux doubles de vie en France, à ce qu'on dit, en a perdu plus de la moitié dans le Vaisseau, tant elle a souffert ». Ceci prouvant la rudesse de la traversée de l'Atlantique. Cependant, « elle en a trouvé à Kebec plus qu'elle n'en avoit embarqué à La Rochelle. (...) L'air de la Nouvelle-France est tres-sain pour l'âme et pour le corps ».........

 

 

Pour en savoir plus, cliquez sur la photo de Jeanne

 

 

 

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------- 

DES SOEURS VENUES DU CANADA ...

--------------------------------------------------------------------------------------- 

 

 --------------------------------------------------------------------------------------

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------- 

Regarder une vidéo élaborée par Monique BECHEREDAU et Philippe SAVOURET sur les acticvités de notre association à l'occasion de la fête du Québec.

 

suivez le lien en cliquant dessus :

 

https://youtu.be/owUV6yn4_M0 

 

 

 

  

--------------------------------------------------------------------------------------

jeudi 24 juin

Fête nationale du Québec 2021

 

 

La Fête nationale du Québec, encore communément appelée la Saint-Jean-Baptiste ou Saint-Jean, est la fête nationale des Québécois. En vertu de la Loi sur la fête nationale. Elle est le 24 juin. C'est une journée fériée et chômée au Québec.

Cette date est d'abord celle de la fête religieuse célébrant la naissance de Jean le Baptiste qui s'est plus tard imposée, à partir de 1834, comme fête nationale des Canadiens français. Reconnue jour férié par la province de Québec en 1925, le gouvernement souverainiste du Parti Québécois l'a déclarée « fête nationale du Québec » en 1977.

 

Fête nationale| Événements à Québec

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

Anniversaire du décès de Jeanne Mance

 

Ce jour, 18 juin, c'est le 348e anniversaire du décès de Jeanne Mance à l'hôtel-Dieu de Montréal, à l'âge de 66 ans. Elle fut veillée par la Troyenne Marguerite Bourgeoys et quelques membres de l'hôtel-Dieu. Elle fut enterrée le lendemain au sein de la chapelle de l'hôpital. Elle avait accepté de léguer son cœur à la paroisse. Mais, dans les péripéties des déménagements, son cœur fut victime d'un incendie en 1695.Par contre ses ossements suivirent les déménagements et sont désormais dans la crypte du dernier  hôtel-Dieu mêles avec ceux des religieuses hospitalières (avenue des Pins à Montréal).

Rappelons que cette fille de Langres était célibataire, laïque, sans fortune, avec une santé fragile. Par contre, elle possédait une foi exceptionnelle, a su tisser d'excellents réseaux, elle était une excellente communicatrice, et se montrait à l'aise dans la majorité des milieux. Bien sûr, elle a reçu un appui décisif, celui de Mme Angélique de Bullion, veuve d'un surintendant des finances. En particulier c'est cette « Bienfaitrice inconnue » qui finança la construction de l'hôtel-Dieu.

Profitons de l'occasion pour rappeler les principaux titres reconnus par la langroise Jeanne Mance :

- fondatrice de l'hôtel-Dieu.

- cofondatrice de Montréal (reconnu en 2012).

- déclarée Vénérable par le Vatican en 2014. Ce qui permet à l'Eglise catholique de pouvoir l'honorer ce jour.

- intronisée dans le Temple de la renommée médicale canadienne en 2021 (cas unique pour son type de parcours)

C'est à de très grands traits quelques mots sur son décès,  son par cours et les principales reconnaissances.

Pour en savoir plus, il faut être très vigilant sur internet, en particulier avec Wikipédia où d'importantes erreurs sont présentes. Possibilité de se renseigner sur notre site et avec le livre que nous (avec Romain BELLEAU) publié en 2017 «  Jeanne Mance, de Langres à Montréal une femme bâtisseuse ».

 

Le Président Jean-Paul PIZELLE



 ------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------- 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Un nouvel article de presse sur le spectacle de cet été à Langres par "les Hallebardiers". 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remerciements à Michèle Camelin sortante de son poste de trésorière

depuis 14 ans.